Objectifs généraux

La mise en place d’un schéma régional de gestion des stocks sableux doit raisonner par cellule sédimentaire et prendre en compte les apports (ou les piégeages) par bassin versant. Le schéma se doit d’aborder trois dimensions :

en terme de connaissances :

  • Connaître les budgets sédimentaires de chaque cellule sédimentaire sur le littoral
  • Proposer différents moyens d’augmenter ses budgets sédimentaires dans les cellules les plus sous alimentées
  • Suivre et connaître les volumes de sables se déplaçant sur le littoral
  • Disposer d’une connaissance (données,…) permettant de planifier la périodicité des rechargements
  • Connaître les zones de stockage des sédiments (amont des ouvrages) que l’on exploite pour recharger les plages
  • Mesurer les pertes de sédiments vers le large (ou piégés à l’intérieur des terres)
  • Mesurer l’impact des aménagements (ouvrages portuaires, digues, épis, brise-lames,…)

en terme « administratif » :

  • Définir pour chacune des zones de stockage de sédiments, l’utilisation la plus pertinente : ramener les sédiments à l’amont (Backpass) ou leur faire passer l’obstacle (Bypass)
  • Définir les conditions de réalisation de ces mouvements : à l’intérieur d’une cellule sédimentaire ou en dehors de la cellule sédimentaire
  • Optimiser les procédures permettant la gestion dans la durée de ces rechargements successifs : suivis et déclenchement de la procédure de rechargement d’entretien en fonction du recul de la plage, étude de la possibilité d’autorisation « allégées » pour les rechargements successifs effectués dans les mêmes conditions que le rechargement initial

en terme environnemental :

  • Proposer, en fonction des enjeux, des protocoles d’évaluation de l’impact environnemental de la gestion sédimentaire sur le plan de l’évaluation de l’état initial, de la détermination des impacts et des modalités de suivi
  • Évaluer en amont, les impacts potentiels de l’exploitation des sables du large afin d’orienter au mieux la réflexion
  • Permettre la prise en compte de l’impact environnemental en amont de la prise de décision