Objectifs de l’étude

En matière de gestion de l’érosion, le recours à des solutions d’ingénierie « lourde » basée sur la mise en place d’enrochements constituait la réponse systématique en LR jusqu’au début des années 2000. Sous l’impulsion de l’État, les politiques de protection du littoral ont fortement évoluées et se sont orientées vers des modes de gestion basés sur les processus naturels (rechargement …) ou rétablissant un fonctionnement naturel (recul stratégique …). La mise en œuvre des solutions de type rechargement massif nécessite de disposer de stocks de sable permettant de rétablir le budget sédimentaire et d’entretenir la dynamique littorale sur une période donnée. Cela génère des besoins en ressources sableuses relativement conséquente et évaluée en Languedoc-Roussillon à une dizaine de millions de m3. L’importance des volumes en jeu et l’absence de ressources en zone terrestre ou côtière a incité à rechercher des stocks de matériaux fossiles ne participant plus à la dynamique littorale et présentant des caractéristiques physiques proches de celles présentes à la côte. A l’échelle du Golfe du Lion, les premières investigations réalisées dans le cadre du projet de recherche opérationnelle BEACHMED ont confirmé l’existence de stocks au large sur le plateau continental à des profondeurs situées entre 80 et 120m. La zone dite APE Sud (Carte 1 & 2) présente notamment des horizons de sables à fonds grossiers compatibles sur le plan physique pour un rechargement. La volonté des gestionnaires du littoral est de recourir à cette solution. Cependant, la description de la ressource, le contexte environnemental de la zone et les impacts liés à la mise en exploitation de ce stock sont peu documentés à l’heure actuelle. L’objectif de l’approche est de réaliser en amont un travail d’évaluation des enjeux et d’amélioration des connaissances.

01

02

Documents à télécharger